ALFI, loger et accompagner pour un parcours résidentiel réussi

Flash initiatives locales
N°172
février 2019
Le Flash est un journal mensuel, dans lequel vous pouvez retrouver les initiatives locales, sociales et innovantes,
menées par l’ALFI, les ESH et sociétés coopératives HLM du Groupe Arcade.
Retour

ALFI

Mélanie Gervais / Directrice du pôle Accompagnement social


Accompagnement social : bilan 2018

L’ALFI dispose d’une plateforme sociale efficace et investie, représentant 20% des effectifs, et soutenue par des subventions des Conseils départementaux et d'Action Logement.


L'intervention des travailleurs sociaux en 2018

- 5 366 entretiens individuels réalisés  
- 1 031 personnes suivies 
- 1 764 permanences sociales réalisées
- 22 190 € d’aides financières obtenues

 

L'accompagnement individuel

Dans les résidences jeunes actifs

A Paris et dans l’Essonne, l’ALFI bénéficie d’une subvention ASLL* du Conseil Départemental pour le suivi individuel des résidents. En 2018,  140 mesures (mensuelles) ont ainsi été financées. Ces mesures permettent un suivi individuel afin de faciliter la bonne installation du ménage dans le logement temporaire (en veillant à la stabilité de l’emploi, des ressources, etc..) et afin de le préparer activement à accéder à un logement durable.
Dans les autres départements, l’accompagnement individuel est assuré par les travailleurs sociaux de l’ALFI en fonction des besoins. Cet accompagnement n’est pas financé dans le cadre du FSL**. Il permet d’accompagner des résidents en impayé de loyer ou rencontrant des difficultés budgétaires ou sociales et de les aider dans leurs recherches de logement définitif. 
1 263 permanences sociales ont été organisées sur les résidences jeunes actifs en 2018 et 900 résidents ont été accompagnés.

*ASLL : Accompagnement Social Lié au Logement
** FSL : Fonds de Solidarité Logement

Dans les pensions de famille

Les objectifs consistent à :
-    Favoriser l’appropriation du logement, la réinsertion et la vie en collectivité
-    Accompagner dans la stabilisation de la situation et l’autonomie au regard des démarches administratives et de la santé
-    Apporter une aide éducative budgétaire pour assumer les dépenses liées au quotidien
-    Permettre éventuellement le relogement
En 2018, 6 travailleurs sociaux sont intervenus au sein des pensions de famille, 481 permanences sociales ont été mises en place et 123 résidents ont été accompagnés.

Grâce à la convention signée avec les ESH Antin Résidences et CPH, 36 résidents ont été relogés dans le parc social en 2018, 52% relevaient des publics prioritaires DALO et 8% des Accords Collectifs départementaux. 

 

Les ateliers collectifs

Les travailleurs sociaux de l’ALFI animent également, avec les responsables de résidences, des ateliers collectifs dans les résidences jeunes actifs, dont le thème varie selon les besoins constatés. Les ateliers collectifs sont complémentaires des suivis individuels. Ils apportent une cohérence dans l’ensemble de l’action sociale au sein des résidences sociales. Régulièrement mis en place dans les résidences, ils portent sur des thèmes liés au logement (droits et devoirs, économies d’énergie, gestion du budget, recherche de logement…) mais aussi sur d’autres thèmes, notamment liés à la santé. Des partenaires extérieurs co-animent parfois ces ateliers (Veolia, AIDES, Action Logement…).

Consultez l’ensemble des ateliers collectifs : Consulter

 

La veille sociale

L’ALFI a développé une « veille sociale » capable d’apporter des réponses à des problématiques variées, observées sur l’ensemble des résidences qu’elle a en gestion.  L’objectif est la recherche de solution la plus adaptée à chaque résident et sa mise en œuvre. La « veille sociale » se réunit de façon mensuelle et en cas de situation urgente ou d’événement exceptionnel.  Un compte rendu est réalisé après chaque rencontre.

Les réunions mensuelles permettent de réaliser un suivi partagé de la situation des résidents éprouvant des difficultés prononcées. Parmi les situations évoquées, 78 % concernent des jeunes actifs et 22 % des résidents de pensions de famille. 

En 2018, 26 veilles d’urgence ont permis de traiter 25 situations liées à des difficultés urgentes et/ou importantes 
(64 % en résidences jeunes actifs et 36 % en pensions de famille.

Au total, ce sont 214 situations qui ont été abordées dans le cadre de ce dispositif en 2018.

En interne, cette « veille sociale » permet également la construction et la diffusion de « bonnes pratiques » professionnelles, en optimisant les compétences et les méthodes d’intervention :
- une réunion mensuelle d’analyse des pratiques professionnelles (soit 11 réunions en 2018), avec la présence d’un psychologue.
- la formalisation des plans d’action, à travers la mise en place de groupes de travail transversaux, qui permettent de professionnaliser les techniques d’intervention des collaborateurs de l’ALFI, en fonction des situations.

Enfin, la veille sociale est également destinée à répondre aux situations de crise (décès, agressions…) en proposant un accompagnement adapté aux différents publics (résidents et collaborateurs), en fonction de la situation.

Depuis 2013, une psychologue conseil intervient en veille sociale afin d’apporter un diagnostic sur la situation de résidents fragiles psychologiquement.  Nous avons mis en place 6 veilles sociale avec psychologue en 2018. Par ailleurs, la psychologue a pu intervenir à 5 reprise auprès des résidents et des salariés en raison de 5 décès de résidents. 42 résidents ont pu bénéficier de ce soutien lors des veilles de solidarité.

 

Disposer d’une plateforme sociale au sein de l’ALFI est un véritable atout pour l’association, afin de prévenir les impayés de loyer, aider les résidents à s’intégrer dans la résidence et dans le quartier, les soutenir dans leurs démarches et les amener vers l’autonomie et la stabilisation de leur situation sociale et professionnelle, afin qu’ils accèdent à un logement autonome. De plus, bénéficier d’une plateforme sociale en interne permet d’avoir des travailleurs sociaux ayant une très bonne connaissance des dossiers, travaillant en lien avec les responsables de résidences (d’où une connaissance globale de la situation des résidents) et effectuant des permanences au sein des résidences (grâce à cette proximité, les résidents n’ont pas à se déplacer, les rencontres sont plus régulières et la réactivité accrue).