ALFI, loger et accompagner pour un parcours résidentiel réussi

`
Flash initiatives locales
N°201
octobre 2021
Le Flash est un journal mensuel, dans lequel vous pouvez retrouver les initiatives locales, sociales et innovantes,
menées par l’ALFI, les ESH et sociétés coopératives HLM du Groupe Arcade-VYV.

Retrouvez dans ce numéro du Flash, les initiatives locales, sociales et innovantes, menées par l’ALFI et les ESH du Groupe Arcade : Aiguillon construction, Antin Résidences, France Loire, Mésolia, Norevie, SFHE.



LE FOYER STÉPHANAIS

Habitat du mieux-vivre

Le 19 octobre, le Foyer Stéphanais et Habitat 76 recevaient les maires de Seine-Maritime et de l'Eure pour présenter la future résidence intergénérationnelle Simone Veil. 

 


Cette opération pilote permet de promouvoir le référentiel Logement Santé mis en place par le Groupe Arcade-VYV.  Lors de la table ronde, M. Nicolas Leblanc, médecin du Groupe VYV, est intervenu pour expliquer la genèse et les objectifs de ce label.

Cette résidence, pour laquelle les 2 bailleurs ont mutualisé leurs compétences, offrira des logements de qualité, avec des équipements et services adaptés qui favoriseront notamment l’autonomie des seniors. Elle verra le jour d'ici fin 2022.

Les engagements ?
- Une expérience de vie saine : haute qualité sanitaire du bâti, services de santé, animations
- Une expérience de vie désirable : des logements adaptables, un cadre propice au lien social et à la solidarité
- Une expérience de vie résiliente : conception bioclimatique des logements favorisant le lien à la nature

Ainsi, la résidence Simone Veil est une illustration de la déclinaison en territoire du beau projet « Habitat du mieux-vivre » du Groupe Arcade-VYV, dont fait partie le Foyer Stéphanais.

 

FRANCE LOIRE

La pension de famille « Le clos des Pommiers » inaugurée !

Le 18 octobre était inaugurée une pension de famille et résidence accueil à Bourges (18).

 


Dans le cadre du plan pour le Logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme lancé en 2017, l’association Le Relais a sollicité France Loire, afin de l’accompagner dans la création de cet habitat alternatif, au bénéfice des personnes en grandes difficultés sociales et/ou économiques. Située en centre-ville de Bourges, cette résidence de 21 appartements privatifs T1 de 30 m² avec coin cuisine et douche à l’italienne accueille déjà 12 résidents – 4 femmes et 8 hommes.

Affilié à la Fondation Abbé Pierre, « Le clos des Pommiers » géré par l’association Le Relais, apporte une réponse d’habitat innovante et adaptée à des personnes, en situation d’isolement social ou d’exclusion lourde, ayant un faible niveau de ressources, et avec une situation personnelle rendant impossible, à court terme, l’insertion dans un logement autonome. Chaque étape du projet a été menée avec l’association pour correspondre aux attentes des futurs habitants. 

Les résidents accueillis renouent progressivement, à leur rythme, avec l’usage d’un logement privatif. L’objectif est d’y habiter durablement. Ce lieu offre également un cadre de vie semi-collectif au travers d’espaces partagés (cuisine, salle à manger, jardin, …) pour permettre aux résidents de se sentir chez eux et de récréer des liens avec les autres. La Pension est animée au quotidien par des hôtesses et hôtes de maison, qui ont pour mission d’écouter et d’accompagner les habitants, de les aider à s’intégrer dans un quotidien d’échanges et de participation, à rebâtir des repères, à reconstruire des rythmes.

« La pension de famille est un dispositif vraiment très important. L’un de ses avantages est que les locataires ne sont plus dans des questions d’étapes de : “jusqu’à quand ?”. Ils se reconstruisent et se stabilisent dans la durée. Il s’y développe aussi un lien entre habitants, ainsi qu’avec les maîtres et maîtresses de maison. On ouvre des portes. Les habitants y vivent plein de premières fois. Une des phrases qu’on entend, c’est : ”Ça fait du bien d’avoir sa propre boîte aux lettres !". Ils se sentent, pour une fois, chez eux. » explique David Souchet, Directeur de l’association Le Relais.

À l'occasion de l'inauguration, les résidents étaient fiers de faire visiter leur appartement et ont également cuisiné des gourmandises sucrées pour les invités. Ce projet fait suite à une première opération livrée en 2010 à Bourges. Il s’inscrit dans la démarche d’insertion par le logement des populations les plus fragiles, développée par France Loire sur ses territoires d’intervention, et sera suivi d’une troisième pension de famille, actuellement en cours de construction au sein d’un écoquartier à Bourges.

Envie d’en savoir plus ?  https://www.franceloire.fr/actualites/la-pension-de-famille-le-clos-des-pommiers-inauguree

 

Photos de gauche à droite : coupe du ruban inaugural, Jean-Michel nous accueille chez lui, exemple de logement

 

ALFI

Les pensions de familles, 10 ans d'une aventure partagée

Un évènement organisé par l'ALFI, en lien avec Antin Résidences, dans le cadre de la semaine nationale des pensions de famille.

 


Cette semaine nationale, née sous l’impulsion de l’Etat en lien avec l’Unafo, la Fondation Abbé Pierre, la Fédération des Acteurs de la Solidarité, Soliha, la Fapil, Habitat et Humanisme, et l’Union Sociale pour l’Habitat, vise à rendre visible et intelligible le dispositif, notamment auprès des élus et des riverains, en incluant la participation des personnes logées en pension de famille.

L’ALFI gère 8 pensions de famille en Ile-de-France, propriétés de l’ESH Antin Résidences. Trois autres sont en construction ou en développement, à Bois d’Arcy (78 – résidence accueil pour des personnes souffrant d’un syndrome du trouble autistique ou de troubles psychiques), à Rennes (35) et à Caen (14). Et deux sont en projet en Ile-de-France.

Jeudi 7 octobre, au Siège du Groupe Arcade-VYV à Paris, cet évènement s’est déroulé en plusieurs parties : 2 tables rondes, suivies d’une soirée dansante pour fêter les 10 ans des pensions de famille de l’ALFI. Une journée très réussie avec des débats, des témoignages, puis une ambiance festive !

 

Table ronde autour de la recherche collaborative menée en pensions de famille : « Apprendre à vivre avec son logement après un parcours sans domicile : mieux comprendre pour enrichir les pratiques d’accompagnement ». 

En présence de :
Chercheurs : Frédérique TREVIDY (ALFI, LEPS), Yann BENOIST (LEPS)
Co-chercheurs professionnels ALFI : Abdelaziz NIATI, Cécile PETITOT, Mélanie GERVAIS 
Co-chercheurs résidents : Marcel LE GUEN, Jean-Paul COCOT, Patrick CUVILLIEZ
Et avec François HAVEZ, réalisateur

En 2020, le nombre estimé de personnes sans domicile en France est de 300 000. Or la vie sans domicile affecte l’état de santé de ces populations. Face à cet enjeu de santé publique, le plan quinquennal le logement d’abord 2018-2022, vise l’attribution d’un logement pérenne aux personnes sans domicile, sans passage par l’hébergement. Si des expérimentations d’accompagnement adapté existent dans le logement social, celles-ci sont rarement construites à partir d’études compréhensives auprès des publics concernés. Notre recherche s’appuie sur le concept d’identité-logement, prônant que l’habitant construit un lien singulier avec son logement grâce à l’élaboration d’un processus identitaire, fondé notamment sur des apprentissages. L’objectif est de comprendre comment les résidents ayant vécu un parcours sans domicile se maintiennent dans un logement durable. Au regard de ces résultats, il conviendra ensuite de questionner l’accompagnement dans le but de favoriser un « environnement capacitant » propice au développement de l’identité-logement des résidents.

Cette recherche, menée depuis 2019 par l’ALFI et le Laboratoire Educations et Promotion de la Santé EA3412 de l'Université Sorbonne Paris Nord, a pour particularité de faire collaborer des chercheurs et co-chercheurs (résidents des pensions de famille et salariés de l’ALFI) à toutes les étapes de la recherche.

Le réalisateur François Havez s’est immergé dans le groupe de recherche, captant sa dynamique, ses questionnements, ses travaux.  Un documentaire de 14 minutes témoignant de cette expérience particulière est diffusé en première partie de table ronde (à retrouver sur : https://www.alfi-asso.org/accueil/recherche-logt-dabord-film-nov-2020.html).

Puis chercheurs et co-chercheurs ont apporté leurs témoignages concernant leur intérêt pour cette recherche, ce qu’elle leur apporte et leur place dans le groupe de recherche :
 « Pour la première fois, on nous demandait notre avis sur notre expérience de vie sans domicile et on nous demandait de participer ; Nous sommes à égalité chercheurs/co chercheurs ; On évolue dans une équipe hétérogène avec des compétences diverses ; Cette recherche nous a transformés : se sentir utile à la société, s’offrir une participation citoyenne, avoir davantage confiance en soi, être plus sociable, se faire des amis, se remettre en question, comparer son vécu ».
Pour les co-chercheurs salariés de l’ALFI : « Apprendre une expertise, se familiariser à la théorie, connaître la réalité du vécu sans domicile, transformer la relation avec les résidents ».
Pour les chercheurs : « Croiser les savoirs, apprendre de l’autre, former à la recherche, s’ouvrir aux questions éthiques, aller au-delà du savoir scientifique ». 

Des premiers résultats de recherche ont pu être présentés lors de cette table ronde.

Depuis début 2021, une seconde phase de la recherche se déroule dans le parc social d’Antin Résidences, avec pour cible des familles monoparentales précédemment logées à l’hôtel. Cette recherche, portée par CPH Arcade-VYV et par Antin Résidences, est soutenue par la Fédération des ESH (FIS) et la Caisse de Garantie du Logement Locatif Social (FSI).

 

Table ronde avec des professionnels et des résidents afin de questionner le dispositif des pensions de famille en tant que solution durable à la problématique de l’accès au logement

En présence de :
Sylvain MATHIEU, Délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement, DIHAL ; Arnaud DE BROCA, Délégué général de l’UNAFO ; Chantal ZAHLAOUI, Adjointe au Maire de Lognes (77), chargée des solidarités, du logement social, de la santé et du handicap ; Jacques WOLFROM, Directeur général du Groupe Arcade-VYV ; Guillaume BRUGIDOU, Délégué général de l’ALFI
Et 6 résidents des pensions de famille de l’ALFI :
Céline SCHMITT, Maria SIMOES, Eugène LIVAN, Valery VILLAR, Gaspard AYANGMA, Vénancio RUANO MARTIN

Aujourd’hui, 20 000 personnes habitent en pension de famille après avoir fréquenté de façon répétitive des structures d'hébergement provisoire ou connu la rue. Dans ce cadre, elles habitent un logement individuel, sans limite de temps, dans une résidence de petite taille, ont accès à un espace partagé animé par une équipe de proximité, et bénéficient d’un accompagnement personnalisé. Le plan quinquennal le logement d’abord 2018-2022 stipule un objectif de création de 10 000 places en pensions de famille. 

Cet objectif ambitieux sera-il atteint ?
Depuis 2017, 4 459 places ont été ouvertes. « L’objectif ne sera donc pas atteint, et l’on peut y voir de multiples raisons », confient Sylvain MATHIEU et Arnaud DE BROCA : « la réticence des élus, l’opposition des riverains, et des projets longs à mettre en œuvre...Mais la dynamique est lancée ! »

« Un dispositif à développer » ! soutient, Chantal ZAHLAOUI ravie de l’ouverture il y a 2 ans d’une pension de famille à Lognes, et de ses bonnes relations avec l’équipe ALFI.

Développer les pensions de famille, c’est également l’ambition du Groupe Arcade-VYV. « De par sa mission d’intérêt général, le Groupe promeut un habitat à la fois accessible économiquement et propice au mieux-vivre et à la santé qui permet d’accompagner les personnes dans une expérience de vie saine, désirable et résiliente » explique Jacques WOLFROM.

Et que pensent les résidents de ce type d’habitat, de leurs relations avec les autres résidents et avec l’équipe de proximité ? Les pensions de famille permettent de (citations des résidents de la table ronde) :
« Offrir un cadre rassurant avec des règles de vie en collectivité ; recouvrer sa citoyenneté ; tisser dans le temps une relation de confiance avec le binôme responsable de résidence-travailleur social et avoir une famille de cœur ; se sentir valoriser et retrouver une dynamique de travail ; partager ses passions avec les autres résidents et l’équipe ALFI et transmettre son savoir-faire ; proposer ses idées et ses envies, faire émerger les talents, faire des choses ensemble, communiquer, échanger, travailler en commun, tout cela permet d’échapper aux dangers de la solitude et de participer au mieux-vivre. » 

Cet habitat qui permet de s’ouvrir à soi et aux autres, est une déclinaison des résidences sociales. Mais, comment passer de la notion de logement temporaire à celui de logement pérenne ? Ainsi, certains résidents de la table ronde pointent le fait que les logements sont meublés et que l’hébergement de tiers est contrôlé : « Comment aménager mon logement à mon goût ? Comment inviter librement mes amis et ma famille ? Avoir un animal de compagnie ? ».

L’ALFI souhaite apporter des réponses, via notamment une adaptation du règlement intérieur : un groupe de travail sera prochainement mis en place avec des collaborateurs et des résidents. Ce groupe interviendra dans le cadre de la recherche collaborative, avec pour objectif la réalisation d’une étude de faisabilité sur un nouvel accompagnement global. 

Ainsi, être bien chez soi est une composante essentielle de la santé (comme l’a mis en avant la crise sanitaire de la Covid-19), et les pensions de famille y participent pleinement pour des personnes exclues des circuits traditionnels du parc de logement de droit commun.

Outre la gestion de pensions de famille et le développement de ce type de structure, l’ALFI intervient dans le cadre du plan quinquennal du logement d’abord sur l’accompagnement de ménages en grande précarité vers un logement durable dans le parc social : en Ile-de-France avec Antin Résidences et la Croix-Rouge française (relogement de 90 familles logées à l’hôtel), en Ille-et-Vilaine avec Aiguillon construction, et dans le Calvados avec Partélios Habitat et Caen la Mer Habitat. Ces missions sont subventionnées par le FNAVDL et la CGLLS.

 

Soirée dansante : cocktail dinatoire, groupe de musique et magicienne pour les résidents, les collaborateurs et les partenaires ! 

Après les débats enrichissants, les invités ont pu profiter du buffet et de l’excellente sangria maison (sans alcool) concoctés par le traiteur les ToKés, de l’ESAT Nöel Le Gaud, VYV3. Puis ils ont été transportés par les tours d’Elfia, championne de France de magie. Et enfin ils se sont défoulés sur des musiques connues de Piaf à Cloclo jouées par Fred, pianiste chanteur, en duo avec un accordéoniste. Une quarantaine de résidents des pensions de famille ont pu profiter de cette soirée. Ils ont été ravis de se retrouver ou faire connaissance, et de pouvoir faire la fête après des mois compliqués dus à la crise sanitaire.

10 ans d’une aventure partagée : une aventure partagée avec les équipes, les résidents et avec de nombreux partenaires, que l’ALFI remercie : DDETS, DRIHL, Villes, Fédération des ESH, CGLLS, bailleurs (ESH du Groupe Arcade-VYV), partenaires du soin (Centres Médico psychologiques, CSAPA, infirmiers, psychiatres …), acteurs sociaux culturels, partenaires du quotidien (aides à domicile …), bénévoles…

 

SCCI-ARCADE-VYV

Une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat

Sept ans après le lancement d'un programme de travaux de réhabilitation, la copropriété du 7 rue Aubert à Saint-Denis (93) a pu le réaliser grâce à la SCCI Arcade-Vyv.

 


Dossier en étude depuis 2015, la copropriété du 7 rue Aubert à Saint-Denis souhaitait lancer un programme de travaux de réhabilitation en parties communes, dans le cadre d’une OPAH-RU*.

Les 3 propriétaires occupants modestes de la copropriété (sur 8 logements), avaient demandé un préfinancement de leurs subventions. Une convention de préfinancement avait été signée en juillet 2018 pour un montant de 147 998 €.

La SCCI-Arcade-Vyv a pu procéder au décaissement des fonds en mars 2019 et a ainsi permis au syndic d’avoir la totalité des fonds nécessaires à la réalisation des travaux. Ces derniers ont pris fin à la fin de l’été 2021. 

*Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat – Renouvellement Urbain 

Photos ci-dessous : avant / après

 

ANTIN RÉSIDENCES

Fête des voisins, ateliers participatifs et chantier pédagogique

Au mois de septembre, Antin Résidences a organisé la fête des voisins dans plusieurs résidences, des ateliers participatifs de recyclage et un chantier pédagogique.

 


Fête des voisins : moment de partage et de convivialité

Suite à l'évolution de la crise sanitaire, la fête des voisins, initialement prévue le vendredi 28 mai 2021, a été reportée au vendredi 24 septembre.

L'espace d'une journée, un rendez-vous est donné à tous les locataires pour le plaisir de partager un verre et de trinquer à la « liberté retrouvée » dans les résidences d’Antin Résidences.

Afin de renforcer la proximité et développer la solidarité dans les résidences, les gardiens volontaires ont pris contact avec les habitants, les amicales et les associations. Le service Développement Social et Urbain leur a apporté une aide logistique en les équipant de nappes, verres, t-shirts… , en partenariat avec Immeubles en Fête

De Villeneuve-la-Garenne (92) à Evry (91), de Bagnolet (93) à Courdimanche (95), de Charmes à la Queue-en-Brie (94), ce moment de partage a permis à chacun de voir ou revoir des personnes habitant près de chez lui (l'on peut être voisin et ne pas forcément se rencontrer souvent !!). Tout en dégustant de délicieux mets cuisinés par chacun des locataires (les tables étaient copieusement garnies !), les discussions furent nombreuses et la journée placée sous le signe de la bonne humeur ! De plus, à Bagnolet des activités de maquillages et sculpture de ballons ont été proposées aux enfants.

Cette année malgré la crise sanitaire, 9 gardiens se sont mobilisés pour que la fête soit organisée au sein de 18 résidences.

 

Ateliers participatifs : créer soi-même ses objets à Evry (91)

Antin Résidences, en partenariat avec les différents bailleurs de la ville d'Evry-Courcouronnes, a mis en place une action de Ressourcerie éphémère qui s’est déroulée sur le quartier du canal avec le REFER (Réseau Francilien des Acteurs du Réemploi). 

Dans la continuité de cette action, l’association « Recycle & moi » et « l’atelier SAMJI », qui font partis de la communauté « Précious Plastic », ont proposé des ateliers permettant de transformer le plastique en ressource.

Ainsi, plusieurs ateliers de recyclage participatifs ont eu lieu tous les mercredis et samedis du 15 septembre au 9 octobre 2021. Il s’agissait d’utiliser plusieurs machines afin de transformer ses déchets en objets : peignes, gobelets, assiettes, bols…

Au travers des ateliers, les participants ont appris quelques notions de recyclage, les bons gestes à adopter au quotidien et comment réduire leurs déchets en les valorisant. Les ateliers ont rencontré un vif succès !

 

Chantier pédagogique : pour une insertion professionnelle réussie

A Bagnolet, dans la résidence les Rigondes, Antin Résidences a proposé un chantier pédagogique en partenariat avec la Régie de Quartier de Montreuil et l’association de prévention Rues et Cités.

Un jeune homme de la résidence a ainsi été recruté sur ce chantier, avec au programme : nettoyage, ponçage, remise en peinture du hall et pose de faïences en sous-bassement.

Les locataires étaient ravis ; des cafés chauds, des croissants ont été apportés. Quand les travaux de bâtiments riment avec convivialité, on ne peut que s’en réjouir.

 

 

SFHE

Parce que pour nous, de toute façon, l’innovation, c’est Inné

« Inné » remporte une 2ème place aux Trophées de l'innovation HLM, dans la catégorie innovation sociale.

 


Ce dispositif est en place à Marseille depuis janvier 2021 au sein de la résidence Rabatau de la SFHE, dont un grand nombre de locataires est senior. 

Logés dans la résidence, 5 jeunes animent bénévolement des ateliers numériques à destination de ces locataires seniors. En contrepartie, ils se voient proposer par la SFHE des loyers avec un montant réduit. 

Intergénérationnel et numérique, ce projet a été baptisé « In né ». Il a été créé en partenariat étroit avec l’URHAJ Paca Corse, l’union régionale pour l’habitat des jeunes, dont la vocation est d’accompagner les jeunes dans leur parcours professionnel et vers le logement. Inné permet d’instaurer dans la résidence une réelle mixité générationnelle. 

C’est une action globale qui va bien au-delà de la simple relation jeunes/seniors. Elle permet de rajeunir la population de la résidence, elle donne des clés à ces jeunes pour s’insérer efficacement dans la vie active, elle combat la fracture numérique, et elle apprend à tous ce qu’est la solidarité.

La SFHE étudie en ce moment la possibilité de reproduire « Inné » dans d’autres résidences de son parc, et plus largement au sein du Groupe Arcade-VYV. Avec l’URHAJ, des discussions se sont ouvertes avec d’autres bailleurs sociaux et avec des collectivités locales. 

Laura, responsable communication de la SFHE, témoigne sur la présentation faite au Congrès HLM de ce projet : « Après des heures de répétitions pour apprendre par cœur notre texte à présenter en 180 secondes (et pas une de plus !), nous sommes heureux et fiers d’avoir pu présenter "InnÉ" sur la grande scène de la salle plénière du Congrès HLM de Bordeaux ! Nous remercions chaleureusement et félicitons les deux locataires SFHE qui nous ont accompagnés dans cet exercice. Ce fut un excellent moment de partage et de découverte aussi pour elles : Fatha, 20 ans, découvrait Bordeaux et Zizi , locataire jeune retraitée qui n’avait jamais pris l’avion ! Bravo à elles et Bravo aux équipes SFHE ».

 

AIGUILLON CONSTRUCTION

Aiguillon s’engage et participe au projet « VRAC » à Rennes et à Nantes

Bien manger avec des prix bas ? C’est l’objectif de l’association VRAC.

 


Un projet social tourné vers la consommation durable et responsable qui s’enracine progressivement dans les villes françaises : Rennes (35), dans les quartiers prioritaires tels que Maurepas, Villejean et Bréquigny et depuis peu Nantes (44).

Concrètement ?

La petite équipe achète de gros volumes de produits secs alimentaires, de boissons et de produits d’hygiène, issus de l’agriculture paysanne, biologique ou équitable. Une fois par mois, elle revend ses emplettes à prix coûtant.

« On fait 20 à 30 % d’économies car on s’approvisionne auprès de centrales d’achat, en circuit court au maximum, et en limitant les emballages. » explique Anaïs Mainfray de l'association VRAC.

Les familles viennent avec leurs propres contenants lors des permanences de l’association pour les habitants du quartier. L’adhésion est de 1 € par an. Le juste prix de la qualité, en bas de chez soi, sans intermédiaire mais avec générosité. 

Un partenariat qui illustre la politique RSE d’Aiguillon et également celle du Logement Santé du Groupe Arcade-Vyv.

 

LOIR&CHER LOGEMENT

Loir&Cher Logement et ZUPdeCO s’associent pour lutter contre les inégalités scolaires !

Une convention de partenariat inédit a été signée mercredi 20 octobre pour l’accompagnement des élèves en difficulté scolaire de Blois.

 


Le projet, qui sera développé par ZUPdeCO et Loir&Cher Logement dans le cadre du partenariat signé, a pour but d’améliorer la réussite scolaire – et notamment le taux de réussite au brevet des collèges - pour les habitants des logements gérés par Loir&Cher Logement.

Ainsi, les élèves issus de familles modestes, en situation de fragilité scolaire et motivés, seront accompagnés par les tuteurs de ZUPdeCO pour l’année 2021-2022. Cet accompagnement se fera en grande partie grâce à sa plateforme Homeclasse.org en ligne, mais aussi en présentiel dans les collèges Rabelais et Bégon, et l’école primaire Jules Ferry (où ZUPdeCO est déjà présente mais pourra augmenter sa capacité) ! ZUPdeCO mettra également à disposition un local avec des postes informatiques et un accès internet pour ceux qui en ont besoin.

Loir&Cher Logement identifiera les familles ayant le plus besoin de cette aide, communiquera les informations auprès de ses locataires et apportera une aide financière à hauteur de 450 € par enfant et matérielle au projet.

L’offre de Homeclasse vient compléter les actions de ZUPdeCO pour pouvoir toucher plus de familles à Blois et dans le Loir-et-Cher.

Grâce à ce partenariat, au soutien matériel et financier de Loir&Cher Logement, 100 à 200 familles supplémentaires pourront être accompagnées par ZUPdeCO, notamment les élèves du CM1 à la Terminale. Une opportunité d’offrir à ces jeunes de réelles chances de réussite !

L’association ZUPdeCO, née en 2005, agit depuis plus de 10 ans à Blois pour la réussite scolaire des élèves en difficulté. Ses locaux sont situés 3 place Coty où des salariés et des bénévoles ainsi que des tuteurs sont actifs, au cœur des quartiers.