ALFI, loger et accompagner pour un parcours résidentiel réussi

Flash initiatives locales
N°201
octobre 2021
Le Flash est un journal mensuel, dans lequel vous pouvez retrouver les initiatives locales, sociales et innovantes,
menées par l’ALFI, les ESH et sociétés coopératives HLM du Groupe Arcade-VYV.
Retour

ALFI

Cécile Petitot / Directrice du pôle des Pensions de famille


Les pensions de familles, 10 ans d'une aventure partagée

Un évènement organisé par l'ALFI, en lien avec Antin Résidences, dans le cadre de la semaine nationale des pensions de famille.


Cette semaine nationale, née sous l’impulsion de l’Etat en lien avec l’Unafo, la Fondation Abbé Pierre, la Fédération des Acteurs de la Solidarité, Soliha, la Fapil, Habitat et Humanisme, et l’Union Sociale pour l’Habitat, vise à rendre visible et intelligible le dispositif, notamment auprès des élus et des riverains, en incluant la participation des personnes logées en pension de famille.

L’ALFI gère 8 pensions de famille en Ile-de-France, propriétés de l’ESH Antin Résidences. Trois autres sont en construction ou en développement, à Bois d’Arcy (78 – résidence accueil pour des personnes souffrant d’un syndrome du trouble autistique ou de troubles psychiques), à Rennes (35) et à Caen (14). Et deux sont en projet en Ile-de-France.

Jeudi 7 octobre, au Siège du Groupe Arcade-VYV à Paris, cet évènement s’est déroulé en plusieurs parties : 2 tables rondes, suivies d’une soirée dansante pour fêter les 10 ans des pensions de famille de l’ALFI. Une journée très réussie avec des débats, des témoignages, puis une ambiance festive !

 

Table ronde autour de la recherche collaborative menée en pensions de famille : « Apprendre à vivre avec son logement après un parcours sans domicile : mieux comprendre pour enrichir les pratiques d’accompagnement ». 

En présence de :
Chercheurs : Frédérique TREVIDY (ALFI, LEPS), Yann BENOIST (LEPS)
Co-chercheurs professionnels ALFI : Abdelaziz NIATI, Cécile PETITOT, Mélanie GERVAIS 
Co-chercheurs résidents : Marcel LE GUEN, Jean-Paul COCOT, Patrick CUVILLIEZ
Et avec François HAVEZ, réalisateur

En 2020, le nombre estimé de personnes sans domicile en France est de 300 000. Or la vie sans domicile affecte l’état de santé de ces populations. Face à cet enjeu de santé publique, le plan quinquennal le logement d’abord 2018-2022, vise l’attribution d’un logement pérenne aux personnes sans domicile, sans passage par l’hébergement. Si des expérimentations d’accompagnement adapté existent dans le logement social, celles-ci sont rarement construites à partir d’études compréhensives auprès des publics concernés. Notre recherche s’appuie sur le concept d’identité-logement, prônant que l’habitant construit un lien singulier avec son logement grâce à l’élaboration d’un processus identitaire, fondé notamment sur des apprentissages. L’objectif est de comprendre comment les résidents ayant vécu un parcours sans domicile se maintiennent dans un logement durable. Au regard de ces résultats, il conviendra ensuite de questionner l’accompagnement dans le but de favoriser un « environnement capacitant » propice au développement de l’identité-logement des résidents.

Cette recherche, menée depuis 2019 par l’ALFI et le Laboratoire Educations et Promotion de la Santé EA3412 de l'Université Sorbonne Paris Nord, a pour particularité de faire collaborer des chercheurs et co-chercheurs (résidents des pensions de famille et salariés de l’ALFI) à toutes les étapes de la recherche.

Le réalisateur François Havez s’est immergé dans le groupe de recherche, captant sa dynamique, ses questionnements, ses travaux.  Un documentaire de 14 minutes témoignant de cette expérience particulière est diffusé en première partie de table ronde (à retrouver sur : https://www.alfi-asso.org/accueil/recherche-logt-dabord-film-nov-2020.html).

Puis chercheurs et co-chercheurs ont apporté leurs témoignages concernant leur intérêt pour cette recherche, ce qu’elle leur apporte et leur place dans le groupe de recherche :
 « Pour la première fois, on nous demandait notre avis sur notre expérience de vie sans domicile et on nous demandait de participer ; Nous sommes à égalité chercheurs/co chercheurs ; On évolue dans une équipe hétérogène avec des compétences diverses ; Cette recherche nous a transformés : se sentir utile à la société, s’offrir une participation citoyenne, avoir davantage confiance en soi, être plus sociable, se faire des amis, se remettre en question, comparer son vécu ».
Pour les co-chercheurs salariés de l’ALFI : « Apprendre une expertise, se familiariser à la théorie, connaître la réalité du vécu sans domicile, transformer la relation avec les résidents ».
Pour les chercheurs : « Croiser les savoirs, apprendre de l’autre, former à la recherche, s’ouvrir aux questions éthiques, aller au-delà du savoir scientifique ». 

Des premiers résultats de recherche ont pu être présentés lors de cette table ronde.

Depuis début 2021, une seconde phase de la recherche se déroule dans le parc social d’Antin Résidences, avec pour cible des familles monoparentales précédemment logées à l’hôtel. Cette recherche, portée par CPH Arcade-VYV et par Antin Résidences, est soutenue par la Fédération des ESH (FIS) et la Caisse de Garantie du Logement Locatif Social (FSI).

 

Table ronde avec des professionnels et des résidents afin de questionner le dispositif des pensions de famille en tant que solution durable à la problématique de l’accès au logement

En présence de :
Sylvain MATHIEU, Délégué interministériel pour l’hébergement et l’accès au logement, DIHAL ; Arnaud DE BROCA, Délégué général de l’UNAFO ; Chantal ZAHLAOUI, Adjointe au Maire de Lognes (77), chargée des solidarités, du logement social, de la santé et du handicap ; Jacques WOLFROM, Directeur général du Groupe Arcade-VYV ; Guillaume BRUGIDOU, Délégué général de l’ALFI
Et 6 résidents des pensions de famille de l’ALFI :
Céline SCHMITT, Maria SIMOES, Eugène LIVAN, Valery VILLAR, Gaspard AYANGMA, Vénancio RUANO MARTIN

Aujourd’hui, 20 000 personnes habitent en pension de famille après avoir fréquenté de façon répétitive des structures d'hébergement provisoire ou connu la rue. Dans ce cadre, elles habitent un logement individuel, sans limite de temps, dans une résidence de petite taille, ont accès à un espace partagé animé par une équipe de proximité, et bénéficient d’un accompagnement personnalisé. Le plan quinquennal le logement d’abord 2018-2022 stipule un objectif de création de 10 000 places en pensions de famille. 

Cet objectif ambitieux sera-il atteint ?
Depuis 2017, 4 459 places ont été ouvertes. « L’objectif ne sera donc pas atteint, et l’on peut y voir de multiples raisons », confient Sylvain MATHIEU et Arnaud DE BROCA : « la réticence des élus, l’opposition des riverains, et des projets longs à mettre en œuvre...Mais la dynamique est lancée ! »

« Un dispositif à développer » ! soutient, Chantal ZAHLAOUI ravie de l’ouverture il y a 2 ans d’une pension de famille à Lognes, et de ses bonnes relations avec l’équipe ALFI.

Développer les pensions de famille, c’est également l’ambition du Groupe Arcade-VYV. « De par sa mission d’intérêt général, le Groupe promeut un habitat à la fois accessible économiquement et propice au mieux-vivre et à la santé qui permet d’accompagner les personnes dans une expérience de vie saine, désirable et résiliente » explique Jacques WOLFROM.

Et que pensent les résidents de ce type d’habitat, de leurs relations avec les autres résidents et avec l’équipe de proximité ? Les pensions de famille permettent de (citations des résidents de la table ronde) :
« Offrir un cadre rassurant avec des règles de vie en collectivité ; recouvrer sa citoyenneté ; tisser dans le temps une relation de confiance avec le binôme responsable de résidence-travailleur social et avoir une famille de cœur ; se sentir valoriser et retrouver une dynamique de travail ; partager ses passions avec les autres résidents et l’équipe ALFI et transmettre son savoir-faire ; proposer ses idées et ses envies, faire émerger les talents, faire des choses ensemble, communiquer, échanger, travailler en commun, tout cela permet d’échapper aux dangers de la solitude et de participer au mieux-vivre. » 

Cet habitat qui permet de s’ouvrir à soi et aux autres, est une déclinaison des résidences sociales. Mais, comment passer de la notion de logement temporaire à celui de logement pérenne ? Ainsi, certains résidents de la table ronde pointent le fait que les logements sont meublés et que l’hébergement de tiers est contrôlé : « Comment aménager mon logement à mon goût ? Comment inviter librement mes amis et ma famille ? Avoir un animal de compagnie ? ».

L’ALFI souhaite apporter des réponses, via notamment une adaptation du règlement intérieur : un groupe de travail sera prochainement mis en place avec des collaborateurs et des résidents. Ce groupe interviendra dans le cadre de la recherche collaborative, avec pour objectif la réalisation d’une étude de faisabilité sur un nouvel accompagnement global. 

Ainsi, être bien chez soi est une composante essentielle de la santé (comme l’a mis en avant la crise sanitaire de la Covid-19), et les pensions de famille y participent pleinement pour des personnes exclues des circuits traditionnels du parc de logement de droit commun.

Outre la gestion de pensions de famille et le développement de ce type de structure, l’ALFI intervient dans le cadre du plan quinquennal du logement d’abord sur l’accompagnement de ménages en grande précarité vers un logement durable dans le parc social : en Ile-de-France avec Antin Résidences et la Croix-Rouge française (relogement de 90 familles logées à l’hôtel), en Ille-et-Vilaine avec Aiguillon construction, et dans le Calvados avec Partélios Habitat et Caen la Mer Habitat. Ces missions sont subventionnées par le FNAVDL et la CGLLS.

 

Soirée dansante : cocktail dinatoire, groupe de musique et magicienne pour les résidents, les collaborateurs et les partenaires ! 

Après les débats enrichissants, les invités ont pu profiter du buffet et de l’excellente sangria maison (sans alcool) concoctés par le traiteur les ToKés, de l’ESAT Nöel Le Gaud, VYV3. Puis ils ont été transportés par les tours d’Elfia, championne de France de magie. Et enfin ils se sont défoulés sur des musiques connues de Piaf à Cloclo jouées par Fred, pianiste chanteur, en duo avec un accordéoniste. Une quarantaine de résidents des pensions de famille ont pu profiter de cette soirée. Ils ont été ravis de se retrouver ou faire connaissance, et de pouvoir faire la fête après des mois compliqués dus à la crise sanitaire.

10 ans d’une aventure partagée : une aventure partagée avec les équipes, les résidents et avec de nombreux partenaires, que l’ALFI remercie : DDETS, DRIHL, Villes, Fédération des ESH, CGLLS, bailleurs (ESH du Groupe Arcade-VYV), partenaires du soin (Centres Médico psychologiques, CSAPA, infirmiers, psychiatres …), acteurs sociaux culturels, partenaires du quotidien (aides à domicile …), bénévoles…